Sclérose en plaques et fatigue

Sclérose en plaques: Fatigue chronique

Cet article porte sur la fatigue liée à la sclérose en plaques (SEP). Il s’agit d’un symptôme observé chez environ 75 % des individus atteints de la maladie. Premièrement, la fatigue inhérente à la SEP sera comparée à la fatigue considérée normale.

Deuxièmement, les différents types de fatigue seront énumérés. Troisièmement, les causes possibles seront divisées en facteurs primaires et secondaires. Celui-ci se conclura avec des conseils facilitant la gestion de ce malencontreux effet secondaire.

Fatigue et sclérose en plaques

Nous ressentons tous de la fatigue à un moment ou à un autre de notre vie. Ce sentiment peut généralement être expliqué par des efforts physiques ou cognitifs importants ou un manque de sommeil. La situation n’est toutefois pas aussi simple pour les personnes atteintes de la SEP.

Elles ressentent une fatigue extrême, peu importe le type d’activité pratiqué. Autrement dit, des activités considérées simples comme faire l’épicerie ou retirer de l’argent d’un guichet automatique sont souvent trop accaparantes.

Les types de fatigue

La fatigue chronique persiste et elle est présente environ une journée sur deux. Elle dure plus de six semaines. Elle affecte les activités quotidiennes et la qualité de vie globale.

La fatigue aiguë est caractérisée par une augmentation soudaine de la fatigue durant plus ou moins six semaines. Elle peut se manifester de différentes façons. Certaines personnes mentionnent remarquer une diminution d’endurance lors d’activités physiques.

La fatigue cognitive correspond à une difficulté d’apprentissage. Les individus souffrant de la SEP affirment éprouver des troubles de mémoire et d’attention plus ou moins fréquemment, ce qui entrave la capacité de suivre un cours scolaire ou une formation en milieu de travail.

La lassitude est définie par un sentiment global de fatigue et un manque constant d’énergie.

Les facteurs primaires de la fatigue

Les causes de la fatigue sont divisées en facteurs primaires et secondaires. Celles dites primaires sont nommées ainsi, car ce sont des causes directement liées aux processus pathologiques.

Une des causes probables serait la détérioration du système nerveux central, notamment l’inflammation et la démyélinisation. La démyélinisation est la destruction de la couche de matière grasse (la myéline) entourant les nerfs.

Plusieurs cellules nerveuses sont détruites, ce qui entrave par le fait même la propagation de l’influx nerveux affectant les mouvements et le fonctionnement cognitif.

Selon certains chercheurs, une activité centrale motrice plus importante est nécessaire dans le but que les personnes atteintes de la SEP continuent de mener leur vie le plus normalement possible.

Le système nerveux périphérique est composé de nombreux nerfs parcourant tout l’organisme et pouvant engendrer un blocage de la conduction nerveuse, l’organisme déploie alors une plus grande quantité d’énergie.

Le fait que les personnes atteintes de la SEP soient très sensibles à la chaleur tend à confirmer un problème lié à la conduction nerveuse. Celles-ci sont généralement plus fatiguées lorsque la température est chaude et humide.

Elles sont par ailleurs davantage susceptibles de souffrir de chaleur extrême en pratiquant un sport. Il serait avantageux de trouver des moyens de réduire l’épuisement parce que l’absence d’activité physique risque d’augmenter le niveau de fatigue à long terme.

Le métabolisme du cerveau est fréquemment altéré. Les individus atteints de la SEP présentent une diminution de l’utilisation du glucose cérébral variant de 10 à 20 % selon les diverses régions cérébrales.

Dans le cas où le cortex cérébral serait endommagé, des difficultés de mémoire et de raisonnement peuvent en découler. Pour sa part, une dégradation des noyaux gris centraux provoque entre autres une difficulté à produire certains mouvements et à maintenir une posture adéquate.

Des protéines nommées interférons bêta ayant pour but de prévenir les poussées peuvent générer de la fatigue comme effet secondaire.

Les facteurs secondaires de la fatigue

Les facteurs secondaires ne sont pas causés par le processus inhérent de la maladie. Ces derniers incluent notamment l’apparition d’épisodes dépressifs, car l’individu doit modifier sa façon d’accomplir certaines tâches de la vie quotidienne, voire déléguer en raison de sa perte d’autonomie causée par la progression de la maladie.

De plus, les effets secondaires de certains médicaments peuvent augmenter le niveau de fatigue ressenti. La sensation de la douleur peut être altérée à cause de la raideur des muscles. Certains individus feront aussi l’expérience de troubles du sommeil.

SEP et fatigue, que faire? Voici quelques conseils

Malgré la fatigue inhérente à la sclérose en plaques, les intervenants, notamment les travailleurs sociaux, les psychologues et les médecins encouragent ces individus à vivre leur vie le plus normalement possible. La prochaine section proposera des astuces permettant de mieux gérer cette dernière.

La pratique d’exercices modérés est avantageuse pour les personnes atteintes de la SEP. Ils s’avèrent bénéfiques pour diminuer les troubles de l’humeur liés à la fatigue, entre autres l’anxiété et la dépression.

Dans un premier temps, il est déconseillé de demeurer inactif. On vous suggère plutôt la natation et le cyclisme. Toutefois, le plus important est de choisir une activité qui vous intéresse.

Vous devez écouter votre corps et accepter vos limites. Il est suggéré de tenir un journal dans lequel vous notez comment vous vous sentez à la suite de chaque activité. Lorsque cette étape sera franchie, vous pourrez organiser vos activités quotidiennes en fonction de votre niveau d’énergie.

À titre d’exemple, si vous êtes plus énergiques en matin profitez-en pour accomplir des tâches plus exigeantes. N’oubliez pas d’entrecouper vos activités avec des périodes fréquentes de repos, car rien ne sert de vous épuiser.

Assurez-vous de maintenir une bonne posture, c’est-à-dire être assis le dos bien droit avec les épaules en arrière. Votre aire de travail devrait être à votre hauteur pour ne pas avoir à vous pencher. Si vous devez le faire, il est suggéré de plier vos genoux et de forcer avec vos jambes afin de prévenir les maux de dos.

Évitez de lever des objets au-dessus de la tête. Déléguez ce genre de tâches autant que possible. Si vous désirez effectuer ces tâches par vous-mêmes, utilisez un long manche pour atteindre certains objets ou placez-les à votre hauteur.

Adopter une alimentation saine pourrait potentiellement améliorer votre niveau d’énergie. Consultez une diététiste pour vous conseiller à cet effet.

Limitez vos activités extérieures en période de canicule ou la prise de bains chauds. Fumer la cigarette peut également augmenter la fatigue causée par la sclérose en plaques.

Une meilleure gestion du stress contribue à diminuer la fatigue. Il est primordial d’ajuster vos attentes en respectant vos forces et vos limites. Pratiquez des activités comme la méditation et le yoga sont de bonnes habitudes de vie contribuant à réduire le stress.

Privilégiez des passe-temps comme, notamment lire un bon livre, écouter de la musique et tricoter. Ces dernières requièrent peu d’efforts physiques, mais ils travaillent vos capacités d’attention et de concentration. En dernier recours, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une médication appropriée.

En fin de compte: Cet article avait pour but de différencier la fatigue dite normale de celle ressentie par les individus souffrant de la sclérose en plaques pour que vous puissiez en acquérir une meilleure compréhension. Nous avons ensuite énuméré les types de fatigue.

Les causes possibles de la fatigue chez les gens atteints de la sclérose en plaques ont par la suite été abordées en les divisant selon des facteurs primaires et secondaires. Finalement, des conseils ont été fournis afin de mieux gérer la fatigue liée à la SEP.

Références

  1. En charge de la fatigue (pdf), Société canadienne de la sclérose en plaques
  2. Trois règles d’or pour contrer la fatigue liée à la SEP, MediPedia
  3. Fatigue et sclérose en plaques, Carenity

Écrire un commentaire