Champ de blé (SGNC)

Sensibilité au gluten non coeliaque, mythe ou réalité ?

Nous entendons de plus en plus parler de l’intolérance au gluten et nous l’associons inévitablement à la maladie cœliaque. Or, il existe une autre forme d’intolérance au gluten nommée sensibilité au gluten non coeliaque (SGNC) qui fera l’objet de cet article.

La première section portant sur l’intolérance au gluten se veut un rappel de ce qu’est le gluten en plus de distinguer la maladie cœliaque de la sensibilité au gluten. Il sera brièvement question du diagnostic permettant de déceler ces problèmes de santé.

La deuxième section décrira les symptômes associés à la SGNC.

Une troisième section explique pourquoi adopter une alimentation sans gluten serait bénéfique pour tout le monde, même en l’absence d’une intolérance alimentaire.

Finalement, nous sommes conscients des défis que la modification de votre alimentation peut entraîner au quotidien et nous aimerions vous fournir certains conseils afin de faciliter la transition vers une alimentation sans gluten.

L’intolérance au gluten

L’intolérance au gluten est de plus en plus commune. Elle regroupe la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC) qu’il est primordial de distinguer.

Avant d’aller plus loin, rappelons ce qu’est le gluten. Il fait partie de la famille de protéines contenue dans plusieurs produits céréaliers comme le blé, le seigle, le kamut, l’orge et l’épeautre.Le gluten est un agent présent dans certaines farines ayant pour but de donner une consistance caoutchouteuse et élastique à la pâte. Il contribue entre autres à faire lever le pain.

Pour de plus amples renseignements concernant le gluten, en particulier, les aliments qui en contiennent ou ceux desquels il est absent, consultez l’article « Comment faire un régime sans gluten ?.

La maladie cœliaque est la forme la plus sévère d’intolérance au gluten. Selon les sources consultées, elle affecterait environ 1 % de la population. Celle-ci est caractérisée par une réaction anormale du système immunitaire au gluten. Lors de la consommation, vous ressentirez de l’inflammation à votre petit intestin.

Votre organisme aura par le fait même de la difficulté à absorber certains nutriments, notamment le fer et le calcium ainsi que les vitamines A, D, et K.

La maladie cœliaque possède des origines héréditaires et peut être diagnostiquée grâce à des prises de sang ou une biopsie du petit intestin.

Parmi les conséquences néfastes du gluten, soulignons un endommagement de la structure du tissu intestinal, une atrophie des cellules épithéliales, et un élargissement de la crypte intestinale où se forment les nouvelles cellules épithéliales à partir de cellules souches.

La maladie cœliaque est fortement associée au gène HLA, spécifiquement à ses haplotypes DQ2 et DQ8. Pour ce qui est des marqueurs sanguins, mentionnons l’autoanticorps transglutaminase.

La sensibilité au gluten non cœliaque est beaucoup moins connue. D’ailleurs, certains professionnels de la santé nient toujours son existence.

Pourtant, elle est bien réelle et un nombre croissant d’individus en souffre. Il est cependant impossible de fournir un nombre exact étant donné les difficultés liées au diagnostic.

L’individu atteint de cette forme d’intolérance ressent des malaises lorsqu’il consomme du gluten et se sent mieux en l’éliminant de son alimentation. Or, la biopsie donne des résultats normaux et l’intestin n’est pas trop endommagé.

La sensibilité au gluten non cœliaque est donc plus difficile à diagnostiquer. Le Cyrex Array-3 permet de tester votre réactivité aux protéines contenant du blé et du gluten en plus de vos capacités auto-immunitaires.

Celui-ci doit être recommandé par un professionnel de la santé. Toutefois, la solution la plus efficace demeure d’éliminer le gluten de votre alimentation pendant au moins soixante jours, d’en consommer à nouveau et d’observer les effets.

Les symptômes

Les personnes atteintes de la sensibilité au gluten non cœliaque rapportent certains symptômes, notamment des douleurs abdominales, des ballonnements, des troubles intestinaux (diarrhée ou constipation), des maux de tête, de la fatigue, des douleurs articulatoires et musculaires, l’engourdissement des bras et des jambes puis des problèmes de peau.

Les cellules épithéliales sont également endommagées chez les personnes souffrant de sensibilité au gluten. De plus, des taux plus élevés du marqueur de sérum FABP2, d’un type de protéines de liaison nommées lipopolysaccharides et des CD14 ont été notés chez ce groupe.

L’expérience comparait les personnes souffrant de SGNC à celles atteintes de la maladie cœliaque et à celles faisant partie du groupe contrôle. Ces marqueurs sont sensibles à l’existence de microbes et de bactéries en provenance de la paroi interne de l’intestin.

Ils se rendent tranquillement dans le sang et annoncent la présence d’une réponse inflammatoire mineure, mais chronique.

Pourquoi manger sans gluten?

ISelon le Dr Davis, la protéine gliadine retrouvée dans le blé, l’orge et le seigle est responsable de la sécrétion de la protéine zonuline dans le sang.

La zonuline joue un rôle crucial dans le modelage de la perméabilité intestinale et l’apparition de conditions auto-immunes, entre autres l’arthrite rhumatoïde, le diabète de type 1 et la sclérose en plaques.

Elle pourrait également être responsable du développement de l’asthme.

Lors d’une de ses études, Barbara et son équipe a évalué le taux de zonuline chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque (0,033 ng/mg), de la sensibilité au gluten non cœliaque (0,030 ng/mg), du syndrome du côlon irritable (0,012 ng/mg) et des bénévoles ne souffrant pas des maladies mentionnées précédemment (0,007 ng/mg).

Cette étude démontre que le gluten peut être néfaste pour tout le monde et que vous auriez intérêt à l’éliminer de votre alimentation.

Le Dr Davis ajoute que la consommation de blé augmente le taux de sucre sanguin et l’augmentation du taux d’insuline favorise la prise de poids. Le gras abdominal provoque de l’inflammation partout dans le corps puis mène à l’apparition de maladies telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et l’arthrose.

L’inflammation causée par la graisse abdominale entraîne la production de certaines hormones comme la leptine qui contribue à la dégénérescence du cartilage.

Un taux élevé de sucre sanguin accélère le vieillissement. Le glucose et les protéines forment des débris nommés produits terminaux de la glycation (PTG). Ils contribuent notamment au durcissement des artères et du cartilage, voilent le cristallin de l’œil et perturbent les liaisons nerveuses du cerveau.

Selon Kevin Cann, manger sans gluten serait bénéfique pour votre indice de masse corporel. Une étude a démontré que les patients obèses ont fait l’expérience d’une perte de poids, alors que ceux considérés trop maigres ont pris du poids. Cet auteur croit aussi que les changements observés confirment l’importance de diagnostiquer la maladie cœliaque.

De plus, la diète sans gluten aurait des effets bénéfiques au sein de la population autiste, en particulier sur les échelles comportementales.

Conseils pour une alimentation sans gluten

Vous croyez que manger sans gluten est difficile? Ne vous en faites pas.

De nos jours, les épiceries et les magasins spécialisés offrent un vaste choix de produits sans gluten. Autrement dit, vous pourrez continuer à manger du pain, des pâtes, des craquelins et des soupes. Il faudra seulement vous assurer d’acheter une marque sans gluten.

Cela dit, une consultation auprès d’une diététiste pourrait s’avérer bénéfique pour vous montrer comment lire les étiquettes nutritionnelles et vous informer dans quels produits nous retrouvons le gluten. N’oubliez pas, la lecture des ingrédients est essentielle, car les compagnies peuvent les modifier sans préavis.

Lors d’une célébration, vous pouvez apporter votre propre collation sans gluten. Vous pourriez également en avoir de surplus pour que vos amis puissent y goûter. Si la personne organisant la fête est au courant de votre diète sans gluten, elle pourra s’assurer d’avoir des aliments que vous pourrez manger.

Les fruits, les légumes et les yogourts sont exempts de gluten.

Dans une cuisine commune, la contamination croisée peut être évitée, si vous utilisez votre propre grille-pain et des pots de confiture distincts. Utilisez un papier d’aluminium lorsque vous faites griller des aliments au four. Assurez-vous de vous procurer une nouvelle planche à découper pour la préparation de vos repas.

Informez vos proches des effets néfastes du gluten sur votre corps (et le leur!) afin qu’ils respectent votre choix.

Manger au restaurant est une activité qui vous plaît beaucoup ? Pas de panique ! La plupart des restaurants peuvent vous offrir un menu sans gluten. Vous pourrez ainsi fort probablement continuer à fréquenter vos restaurants préférés. Il existe même des restaurants où tous les aliments sont sans gluten.

Puisque manger sans gluten devient très populaire, la plupart des compagnies d’aviation canadiennes offrent à leurs passagers des repas et des collations sans gluten. Toutefois, il faut aviser la compagnie de vos restrictions alimentaires dans un délai variant de 18h à 72h.

Il existe également des « cartes sans gluten » disponibles dans différentes langues que vous pouvez remplir et donner au serveur à votre arrivée au restaurant. Pour plus de renseignements.

En fin de compte : Cet article avait pour but de vous renseigner sur la sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC). Dans le but de la comprendre, nous l’avons d’abord comparée à la maladie cœliaque qui constitue la forme la plus sévère d’intolérance au gluten. Nous avons discuté entre autres de l’établissement du diagnostic. Nous avons ensuite rappelé les symptômes les plus courants de cette intolérance au gluten.Nous voulions également mettre en lumière les bienfaits d’une alimentation sans gluten, même en l’absence d’une intolérance. Nous partageons avec vous certains conseils facilitant la transition vers une alimentation exempte de gluten.

Certaines références contenues dans cet article sont en anglais.

Références

  1. Is « Gluten Sensitivity » Real or Imaginary? A Critical Look, Healthline
  2. NON-CELIAC GLUTEN SENSITIVITY: THE GLUTEN OR THE WHEAT?, Paleo Leap
  3. Still Think Gluten Sensitivity Isn’t Real?, Chris Kresser
  4. Faut-il abandonner le gluten ? Le décryptage, Passeport Santé
  5. New research clinches it: non-celiac gluten sensitivity is real, Dr. William Davis
  6. Is Gluten Sensitivity Real?, Robb Wolf
  7. Blé et gluten : pourquoi ils nuisent à notre santé, Châtelaine
  8. Conseils pour les enfants, Fondation québécoise de la maladie coeliaque
  9. Conseils pour les adolescents et jeunes adultes, Fondation québécoise de la maladie coeliaque
  10. VOYAGER SANS GLUTEN, La Presse

Écrire un commentaire