Une maladie auto-immune, c'est quoi ?

Qu’est-ce qu’une maladie auto-immune?

Définition

Définition d’une maladie auto-immune: C’est une maladie qui survient lorsque les anticorps produits par notre système immunitaire endommagent les tissus ou les cellules saines du corps humain. Les anticorps sont le mécanisme de défense du corps humain. Ils sont responsables de permettre à notre système de résister à toute forme d’attaque pathogène sur nos tissus.

Notre corps est libre de toute maladie car sous notre peau, des anticorps sont sécrétés dans le but de neutraliser tous les germes porteurs de maladies qui parviennent à s’y infiltrer.

Normalement, les globules blancs (« lymphocytes ») sont conçus pour attaquer les corps étrangers qui s’introduisent dans notre système. Quelques-uns des micro-organismes contre lesquels nous protège notre système immunitaire sont:

  • les bactéries
  • les virus

Ces micro-organismes ont la particularité de produire des substances chimiques connus sous le nom d’antigènes. Les globules blancs réagissent alors en contre-attaquant ceux-ci. De plus, il peut y avoir production d’anticorps.

Généralement, un organe est constitué de tissus, ces tissus étant eux-mêmes constitués de cellules. Le fonctionnement normal de ces organes se résume aux fonctions de ces cellules. Par conséquent, puisque le système immunitaire attaque les composants de ces cellules, nos organes seront donc dysfonctionnels.

Certains des organes communs ou tissus qui sont, plus fréquemment, attaqués par le système immunitaire sont les articulations, le système nerveux, les muscles, les globules rouges, la glande thyroïde, le pancréas, les vaisseaux sanguins, le coeur, les reins, le foie, les poumons et la peau.

Lorsque ces organes sont attaqués, cela peut entraîner la destruction, la croissance anormale ou encore une fonctionnement anormal.

Pour l’heure, il y a plus d’une centaine de maladies auto-immunes qui peuvent survenir lorsque notre système immunitaire est dysfonctionnel et attaque les tissus sains de notre corps.

Quelles sont les causes des maladies auto-immunes?

Les causes exactes qui entraînent le système immunitaire à attaquer les tissus de notre propre corps, sont pour l’instant inconnue des spécialistes de la santé. Cependant, il existe plusieurs théories qui expliquent les causes de ces maladies.

La cause principale du mauvais fonctionnement du système immunitaire l’entraînant à attaquer les tissus de notre propre corps est le résultat d’une combinaison de plusieurs facteurs. Ces facteurs, que les chercheurs ont jusqu’ici reconnu comme ayant des effets néfastes sur le système immunitaire humain. Ces facteurs sont les suivants:

  • des virus
  • des bactéries
  • les rayons du soleil
  • des hormones, comme celles sécrétées chez la femme lors de la grossesse
  • des irritants environnementaux
  • des facteurs génétiques
  • des médicaments ou des irritants chimiques

Les maladies auto-immunes sont-elles génétiques?

Oui. La recherche clinique et épidémiologique a montré que les maladies auto-immunes sont de nature génétiques. Le transfert de cette affection d’une personne à une autre est en fait dépendant du type de trouble.

En règle générale, les gènes qui stockent les deux aspects physiques et chimiques des parents seront transférés à l’enfant. Les gènes qui ont été impliqués par cette condition seront également propagés. Les gènes primaires qui sont responsables du complexe majeur d’histocompatibilité humain sont connues en tant que ALH (antigènes des leucocytes humaines).

Par conséquent, les proches parents sont plus susceptibles de développer une maladie auto-immune liée ou tout autres types de maladies. Cela dépend du type d’organe auquel le système immunitaire s’est attaqué.

Les maladies auto-immunes sont-elles héréditaires?

Les maladies auto-immunes peuvent être transmises d’un membre d’un parent à son enfant. Ceci est possible à cause du transfert de gènes d’un parent à un enfant. Lorsque les gènes d’un parent ont été modifiés par une maladie auto-immune, l’enfant est susceptible de développer une maladie auto-immune à son tour.

Dans le cas où l’un des parents est atteint d’une maladie auto-immune, les enfants de celui-ci sont susceptibles de développer une maladie auto-immune. Cependant, il est peu commun que celui-ci développe automatiquement la même maladie auto-immune étant donné que plusieurs facteurs entre en ligne de compte.

Parmi ces facteurs qui tendent à déclencher une maladie auto-immune parmi les personnes génétiquement à risque, sont les irritants environnementaux ainsi que les infections virales.

Les principaux groupes de gènes qui jouent un rôle majeur dans la propagation des maladies auto-immunes sont:

  • les cellules T
  • les immunoglobulines
  • le complexe majeur d’histocompatibilité

Tant les cellules T que les immunoglobulines sont responsables de la reconnaissance des antigènes. Ils ont tendance à varier façon importante dans le but de permettre au système immunitaire de cibler les antigènes.

Cependant, une fois que cette variation peut conduire à une production massive de lymphocytes. Ceci pouvant entraîner une réaction contre son propre corps.

Comment diagnostiquer une maladie auto-immune?

Comment détecter une maladie auto-immune: Les maladies auto-immunes peuvent être détectées selon les symptômes particuliers que celles-ci entraînent. Le système immunitaire à tendance à attaquer différents organes, par conséquent, comme il modifie le fonctionnement normal de l’organe qu’il attaque, des symptômes particuliers sont susceptibles d’apparaître.

Voici quelques-uns des symptômes communs engendrés par les maladies auto-immunes:

  • la fatigue
  • la fièvre
  • des douleurs articulaires
  • des malaises
  • des éruptions

Il y a différentes techniques qui sont utilisées afin de déterminer les différents troubles immunitaires:

  • Vitesse de sédimentation:
    Ce test est conçu pour déterminer tout les types d’inflammation présents dans les tissus du corps humain.
  • Tests d’anticorps nucléaire:
    Ce type de test est à la recherche de la présence d’anticorps antinucléaires qui attaquent les noyaux des cellules dans le corps.
  • Examen hématologique complet – Numération et Formule Sanguine (NFS):
    Ce test détermine le nombre de globules rouges présent dans le flux sanguin. Toute fluctuation par rapport au nombre normal de globules rouges indique que le système immunitaire a été activement engagé.

Ce test est aussi utilisé pour vérifier:

  • le nombre de globules blancs
  • La quantité d’hémoglobine
  • Le rapport entre les globules rouges du sang à la composition du sang.

A la fin du test, il fournit également des informations sur la taille moyenne des globules rouges et la quantité d’hémoglobine par globules rouges.

  • la protéine C-Réactive (CRP):
    La protéine C-Réactive est produite par le foie dans le corps humain. Quand il y a augmentation de la CRP, cela est une indication qu’il y a de l’inflammation dans le corps humain.

En règle générale, le diagnostic normal d’une maladie auto-immune repose dans la production d’anticorps.

D’autres examens et essais qui sont effectués pour diagnostiquer une maladie auto-immune sont:

  • Panneau métabolique complet:
    Un test CMP est effectuée afin de déterminer le niveau de glucose, l’équilibre hydroélectrolytique, la fonction rénale et le fonctionnement du foie.
  • Test d’urine

Dysbiose intestinale et les maladies auto-immunes

La dysbiose intestinale:

Est un syndrome qui permet aux substances qui devraient normalement demeurer à l’intérieur du tube digestif de traverser la barrière épithéliale et ainsi se répandre à l’intérieur du corps humain et dans la circulation sanguine. On dit aussi que la dysbiose intestinale est un état de perméabilité de l’intestin.

Normalement, on dit que l’intérieur du système digestif est à l’extérieur du corps. Excepté les nutriments qui sont nécessaires au bon fonctionnement du corps humain, ce qui entre dans le tube digestif, est complètement expulsé à la sortie du système digestif.

Toutefois, lorsque l’appareil digestif ne peut plus empêcher les grosses particules de pénétrer dans la circulation sanguine tels que le gluten, les bactéries et les matières alimentaires non digérées, le système sera endommagé.

Les symptômes d’une dysbiose intestinale  sont progressifs. Des symptômes tel que le développement de douleurs articulaires, des allergies alimentaires, un manque d’énergie ou encore des activités métaboliques inférieures. Un expert en santé peut identifier l’existence d’un syndrome de l’intestin qui fuient.

Les symptômes possibles d’une dysbiose intestinale:

  • des douleurs articulaires
  • la fatigue
  • des maux de têtes
  • l’apparition de problèmes cutanés tel que l’acné ou la rosacée.
  • des allergies ou sensibilités alimentaires
  • des problèmes thyroïdiens

La présence d’inflammation dans le corps humain est aussi un indicateur majeur d’une dysbiose intestinale. Des recherches ont démontré qu’une dysbiose intestinale, lorsqu’elle n’est pas traitée, peut être la cause de maladies auto-immunes.

Quelles sont les causes possibles d’une dysbiose intestinale?

  • Une alimentation inadéquate
    Certaines substances présentes dans les aliments tels que les protéines dans les Organismes Génétiquement Modifiés ou même le sucre, peuvent endommager la paroi intestinale.
  • Une surcharge de produits chimiques toxiques.
    L’exposition du tube digestif à des produits chimiques tels que les antibiotiques, l’aspirine ou les pesticides peut causer une dysbiose intestinale. L’eau du robinet est également connu pour contribuer à la perméabilité de l’intestin. Un effet pervers, de deux composés chimiques que l’homme ajoute, de lui-même, lors de son traitement, soit le chlore et le fluor.
  • Un déséquilibre bactérien au sein de la flore intestinale
    La dysbiose intestinale désigne le déséquilibre entre les bactéries nocives (Firmicutes) et bénéfiques (Bacteroidetes) dans le système digestif.
  • Le stress chronique
    L’effet de l’augmentation des niveaux de stress peut avoir un impact négatif sur votre système immunitaire. Cela peut affaiblir la capacité du système immunitaire à combattre les substances étrangères comme les bactéries.

Maladies auto-immunes qui sont reliées à une dysbiose intestinale

  • la maladie coéliaque
  • le diabète de type 1
  • la sclérose en plaques
  • l’arthrite rhumatoïde
  • l’eczéma

Ces maladies sont le résultat de l’augmentation de la perméabilité intestinale qui permet le passage d’antigènes ou du gluten. Lorsque ces substances déclenchent une réponse du système immunitaire, celle-ci peut conduire à une attaque de n’importe quel tissu ou organe.

Comment soigner une maladie auto-immune?

Peut-on guérir d’une maladie auto-immune? Il n’existe présentement aucun médicament permettant de guérir d’une maladie auto-immune. En fait, les médicaments disponibles ne permettent que de traiter les symptômes occasionnés par une maladie auto-immune particulière.

Si vous êtes atteint de diabète de type 1, vous devez probablement vous administrer des doses d’insuline lorsque votre niveau de glucose sanguin est trop élevé.

Si vous êtes atteint d’arthrite rhumatoïde, vous avez probablement une prescription de méthotrexate ou d’hydroxyquine.

Si vous êtes atteint de la sclérose en plaques, plusieurs médicaments sont disponibles. Toutefois, parmi ces médicaments, aucun ne permet, au moment d’écrire ces lignes, d’améliorer la condition des gens qui en sont atteints. On ne peut que stabiliser ou ralentir sa progression.

Écrire un commentaire