Qu’est-ce que la gaine de myéline ?
Publié le
6 mai 2020
Dernière mise à jour le 26 août 2020

Est-il possible de favoriser la remyélinisation naturellement ? C’est ce que semble démontrer une étude effectuée par les chercheurs de l’université Thomas Jefferson.

L’acide ursolique appartient à une catégorie de composés appelés triterpènes, qui sont normalement produits par la flore et les animaux. Les triterpènes ont un certain nombre d’effets biologiques, ce qui en fait parfois des candidats à la recherche pour les médicaments.

Ce composé a favorisé la remyélinisation naturelle de la gaine de myéline dans une version de la sclérose en plaques chez la souris.

Favoriser la remyélinisation naturelle et sclérose en plaques

En raison de ses propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices robustes, l’acide ursolique a été considéré comme ayant un fort potentiel comme candidat au traitement de la SP, en particulier lorsque le trouble atteint son stade chronique, ont déclaré les chercheurs.

De nombreux médicaments actuellement utilisés pour gérer la SP appartiennent à une catégorie de composés appelés immunomodulateurs (en anglais DMT « Disease Modifying Treatment« ). Ces traitements visent à diminuer l’activité du système immunitaire, dans le but d’éviter que les cellules immunitaires n’attaquent les cellules nerveuses.

Bien qu’ils soient particulière efficaces pour réduire l’inflammation qui caractérise la sclérose en plaques, ces médicaments n’ont aucun effet sur la neurodégénérescence et ne favorisent pas la restauration de la gaine de myéline qui est progressivement détruite au cours de la maladie.

Pour ces raisons, les agents immunomodulateurs sont beaucoup moins adaptés aux personnes souffrant d’un stade avancé et progressif de la maladie. Ils sont même, dans la plupart des cas, totalement inefficaces.

Un remède contre la SP combinerait des effets immunomodulateurs ainsi qu’un effet au niveau de la régénération de la myéline serait des plus bénéfique.

Une recherche menée à l’Université Thomas Jefferson, a découvert que l’acide ursolique, un composé anti-inflammatoire naturel que l’on retrouve dans certaines herbes et pelures de fruits, a stoppé la neurodégénérescence. De plus, il a favorisé la réparation de la myéline chez les souris atteintes d’encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE), une maladie qui imite la SP chez la souris.

Dans leurs expériences, l’équipe a manipulé des animaux malades avec une forme purifiée d’acide ursolique.

De nombreuses expériences ont vérifié des souris dans la phase aïgue de la maladie, tandis que la maladie commence simplement ou atteint son apogée. Au lieu de cela, ils ont testé si ce composé est efficace dans la phase progressive de la maladie. Donc, dès lors qu’il y a des dommages persistants aux tissus du système nerveux central.

L’acide ursolique a été administré par voie orale à des souris EAE à différentes doses.

En administrant différentes doses, ils ont constaté que 25 mg / kg / j d’acide ursolique est une dose effective pour diminuer la gravité de l’EAE; cette dose est devenue par conséquent utilisée dans toutes les expériences in vivo ultérieures.

Pour étudier l’efficacité du composé, les chercheurs ont commencé à traiter des souris avec de l’acide ursolique à une dose journalière de 25 mg / kg, 60 jours après le début de l’EAE. Le traitement a duré 60 jours.

Après 20 jours d’utilisation, ils ont commencé à remarquer les premières améliorations de l’état moyen des animaux. Les souris qui étaient totalement paralysées et incapables de se déplacer au début de l’expérience ont retrouvé leur capacité à marcher, malgré des symptômes de faiblesse.

Ce n’est pas un remède, mais si nous voyons une réponse similaire chez les gens, cela constituerait une incroyable avancée dans l’amélioration de la qualité de vie. C’est un renversement, que nous n’avons en fait jamais vu, à ce stade de la maladie.

L’utilisation de l’acide ursolique s’est également avérée efficace pour réduire l’activité d’une sous-classe de cellules T auxiliaires, appelée Th17, qui sont l’un des principaux facteurs de l’auto-immunité et de l’inflammation dans la sclérose en plaques. Et cela a favorisé la maturation des oligodendrocytes, les cellules qui produisent la myéline.

Les oligodendrocytes, producteurs de la gaine de myéline, sont inactifs dans la sclérose en plaques. Et les cellules souches qui produisent de nouveaux oligodendrocytes sont dormantes et incapables de mûrir.

Ce composé permet de réveiller les cellules souches dans la fabrication de nouveaux oligodendrocytes, et est probablement responsable du renversement des symptômes.

Les données montrent que l’acide ursolique a un potentiel remarquable en tant qu’agent pour la SP, en particulier au niveau chronique progressif, en raison de son potentiel immunomodulateur ainsi que régénératif.

Les chercheurs prévoient maintenant de vérifier l’utilisation du composé, chez l’homme. Et ce, dans le but d’évaluer les bénéfices et d’en déterminer les doses optimales.

Plusieurs autres tests devrons être faits pour tester la sécurité de l’acide ursolique. Mais c’est une nouvelle piste très intéressante dans le but de traiter la sclérose en plaques.

2 aliments qui favoriseraient la régénération de la myéline

Quelles sont les sources naturelles d’acide ursolique

1. La pelure de pomme

L’acide ursolique se retrouve naturellement dans la pelure de certains fruits, en particulier la pomme.

2. Certaines épices

L’acide ursolique peut être trouvée dans plusieurs épices populaires comme les feuilles de :

  • marjolaine
  • romarin
  • d’origan
  • sauge
  • thym
  • café

Et aussi dans les feuilles et les fleurs de:

  • lavande
  • aubépine
  • eucalyptus

Effets secondaires

Il existe actuellement des preuves insuffisantes pour décider de la sécurité de l’acide ursolique. Bien que la recherche sur la protection recommande que les effets d’aspect soient mineurs, la sécurité à long terme de l’acide ursolique n’est pas bien définie.

Trois petites études de sécurité ont évalué l’inocuité de l’acide ursolique chez les personnes souffrant de tumeurs stables supérieures et les adultes en bonne santé. Selon les chercheurs, l’acide ursolique a affiché des résultats allant de léger à modérés.

Il est essentiel de noter que ces études ont seulement évalué l’inocuité de l’acide ursolique.

Certaines des conséquences secondaires non inhabituelles de ces études de sécurité sont répertoriées ci-dessous. Cependant, cette liste ne couvre désormais pas tous les effets d’aspect viables. Contactez votre médecin ou votre pharmacien si vous observez tout autre effets secondaires :

  • nausée
  • gonflement abdominal
  • traces de sang dans l’urine
  • niveaux élevés de sodium
  • démangeaison de la peau

Les chercheurs ont découvert que la diarrhée et les dommages au foie sont les deux effets secondaires les plus courants.

D’autre part, la recherche sur les animaux et les cellules préconise également que l’acide ursolique puisse favoriser la formation de plaque dans les artères, ce qui peut être dangereux pour ceux qui sont en danger de maladie cardiovasculaire.

Interactions avec d’autre médication

Si vous décidez de prendre de l’acide ursolique (ou tout autre supplément), informez-en votre médecin afin qu’il soit informé qu’il pourrait y avoir des interactions soudaines et sans aucun doute dangereuses avec vos autres médicaments ou conditions de forme physique.

Les interactions médicamenteuses de l’acide ursolique ne sont pas complètement étudiées et les éléments suivants ne représentent pas toutes les interactions possibles.

Il a été observé que l’acide ursolique peut en outre bloquer un transporteur cellulaire appelé OATP1B1. Certaines pilules nécessitent OATP1B1 pour les déplacer dans le corps humain. En bloquant ce transporteur, l’acide ursolique peut également augmenter la quantité et les effets de certains médicaments, notamment :

  • Statines (une classe de médicaments réduisant le cholestérol)
  • Enalapril
  • Bosentan
  • Olmesartan
  • Ézétimibe
  • Valsartan

Une étude cellulaire indique que l’acide ursolique bloque en outre une enzyme appelée UGT1A4. Cette enzyme métabolise de nombreuses substances dans le corps. Plus important encore, cette enzyme métabolise la lamotrigine, un médicament anti-épileptique commun.

Cela signifie qu’une interaction entre la lamotrigine et l’acide ursolique peut également exister.

Mise à jour : J’ai lu, je ne me souviens malheureusement plus où, qu’il faudrait manger une énorme quantité de pommes par jour afin d’obtenir les quantités d’acide ursolique utilisées dans l’étude. Ce qui en fait donc une options très peu viable. Reste les comprimées…

Si quelqu’un retrouve cette information, s’il-vous-plaît me dire où, que je puisse mettre l’article à jour. Merci !

2 réponses

  1. Bonjour, j’ai 59 ans et j’ai la SEP depuis plus de 30 ans, le labo smartcity vend de d’acide ursolique, je voudrais savoir si je peux en prendre sans
    danger, je mesure 1,65 m pour 45 kg avec ce complément alimentaire, j’aimerais prendre du poids et des muscles.
    Cordialement.

    1. Désolé mais n’étant pas un professionnel de la santé, je ne peux répondre à votre question. Je ne fait que fournir l’information que je juge intéressante, sans dispenser de recommandations médicales.

      Mais, merci pour votre commentaire.

Les commentaires sont fermés.