Actualité: Sclérose en Plaques

Actualité SP: Des cellules immunitaires dans l’intestin pourrait éliminer l’inflammation dans le cerveau

Les cellules immunitaires de l’intestin peuvent réduire la neuroinflammation chez les patients atteints de sclérose en plaques (SP), selon une étude préclinique.

De plus, le nombre accru de ces cellules était suffisant pour supprimer l’inflammation cérébrale dans une version de la SP chez la souris (EAE).

Les résultats ont été rapportés dans l’étude “Recirculating Intestinal IgA-Producing Cells Regulate Neuroinflammation via IL-10”, publiée dans le journal scientifique Cell.

« Si nous pouvons comprendre à quoi réagissent ces cellules, nous pouvons potentiellement traiter la SP en modulant notre système intestinal », Jennifer Gommerman, PhD, principale auteur de la recherche mentionnée dans un communiqué de presse, abordant les bactéries présentes dans l’intestin.

« C’est peut-être plus facile que d’avoir des drogues dans le cerveau, stratégie qui n’a pas toujours fonctionné avec la SP », a ajouté Gommerman.

La maladie est causée par la dégradation du système immunitaire, comme les cellules immunitaires et les cellules T.

Des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Université de Californie de San Francisco (UCSF) en Californie ont expliqué en quoi les récents effets divergents d’essais cliniques portant sur les lymphocytes B incitaient le groupe à approfondir ses recherches pendant la neuroinflammation.

« Nous savions déjà ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas dans la clinique », a expliqué Gommerman. « Mais ici, nous avons découvert le mécanisme moléculaire et cellulaire en jeu. C’est une sorte d’approche de traduction inverse, qui souligne l’importance de l’axe intestin-cerveau dans la SP et d’autres maladies auto-immunes. »

Les cellules B se forment dans la moelle osseuse et peuvent se différencier en divers types de cellules effectrices dès qu’elles rencontrent une bactérie intestinale, en particulier dans des plasmablastes ou des plasmocytes. Les deux types de cellules sont des cellules blanches.

En particulier, les données cliniques ont montré que si les traitements qui ciblent les cellules B atténuaient la SP, ceux ciblant les plasmocytes aggravaient la maladie.

En outre, des études récentes ont révélé que les cellules immunitaires réactives du microbiome de l’intestin, qui créent l’immunoglobuline A (IgA), une sorte d’anticorps, sont aussi présentent en dehors de l’intestin.

Dans leur analyse, les chercheurs ont détecté des ruptures de la barrière intestinale susceptibles de nuire à son rôle et de faciliter la migration des cellules de l’intestin vers le cerveau. Ils ont étudié l’égarement de ces cellules et leur rôle crucial dans la lutte contre la maladie.

« Les IgA représentent 80% de tous les anticorps du corps, mais leur fonction exacte n’est pas encore totalement comprise », a déclaré Sergio Baranzini, PhD, co-auteur de ce journal et professeur de neurologie à l’Institut des neurosciences UCSF Weill.

« Montrer que les cellules B productrices d’IgA peuvent voyager de l’intestin au cerveau ouvre une nouvelle page du livre des maladies neuro-inflammatoires et pourrait être le premier pas vers la production de nouveaux traitements pour moduler ou arrêter la SP et les troubles neurologiques associés », a ajouté Baranzini.

Les chercheurs impliqués se sont rencontrés lors d’un séminaire où les deux ont présenté leur travail et se sont rendus compte qu’ils poursuivaient les mêmes questions.

Ils ont établi une coopération avec l’équipe de l’UCSF pour étayer ces observations en utilisant des échantillons SP humains.

Parmi les conséquences remarquables de cette étude, on note la possibilité de prévenir la neuroinflammation cérébrale chez la souris en augmentant simplement la quantité de plasmocytes IgA qui migrent de l’intestin au cerveau.

De plus, les chercheurs ont démontré que l’amortissement de ces cellules en atténuant la neuroinflammation dépend de la création d’interleukine-10 (IL-10). L’IL-10 est une cytokine anti-inflammatoire, une petite protéine produite par des cellules immunitaires qui a des effets immunosuppresseurs.

« En tant que clinicien-scientifique, il est intéressant de constater que nos expériences associant des modèles animaux précliniques à la biologie que nous observons chez des patients atteints de SP ont pu mettre au jour un mécanisme général permettant au système immunitaire de lutter contre l’inflammation », a expliqué Anne-Katrin Pröbstel, MD. le laboratoire Baranzini à UCSF et un co-premier écrivain dans la recherche.

« Jusqu’à présent, personne n’avait vraiment étudié ces cellules plasmatiques productrices d’IgA dans le contexte d’une maladie, mais nous les examinons maintenant en détail chez des patients atteints de SP pour commencer à comprendre comment nous pourrions les manipuler pour aider à traiter une maladie neuro-inflammatoire », a ajouté Pröbstel.

De nombreuses questions découlent de ces découvertes, par exemple, comment différents microbiomes intestinaux peuvent-ils encourager ou inhiber la création de ces plasmocytes d’IgA ou comment de simples modifications dans le style de vie pourraient avoir un impact sur le microbiome intestinal et influencer le bassin de ces cellules, en particulier chez les patients atteints de SP?

« Il existe quelque chose de très critique dans la façon dont l’intestin et le cerveau sont connectés, et nous commençons à démêler les fils moléculaires qui se cachent derrière cette observation clinique », a expliqué Gommerman. « C’est un excellent exemple de la rapidité avec laquelle la science peut évoluer. »

Références:

  1. Recirculating Intestinal IgA-Producing Cells Regulate Neuroinflammation via IL-10CellPress
  2. Gut immune cells cut inflammation in multiple sclerosisEurekAlert

Écrire un commentaire